AnthropoVilles contre le projet de loi LPPR

L’association Anthropovilles partage l’inquiétude exprimée par un nombre croissant d’universités, de laboratoires de recherches, d’écoles d’architecture, de revues et de sociétés savantes à la lecture des trois rapports remis le 23 septembre 2019 en vue de l’élaboration de la Loi de Programmation Pluriannuelle  pour la Recherche.

Nous ne pouvons que partager le constat de ces rapports sur le  sous-financement de la recherche publique, le scandale des rémunérations très inférieures à la moyenne des pays européens, de la baisse importante de recrutement des chercheurs et enseignants chercheurs ces dernières années, de conditions de travail de plus en plus difficiles et de la multiplication des vacataires précaires dans la recherche et l’enseignement.

Pour ces raisons nous ne pouvons que désirer une vraie Loi de programmation pour la recherche. Mais la LPPR  renforce la politique de financement par projets, de mise en concurrence généralisée, d’évaluation et de hiérarchisation qui a contribué à cette dégradation.

Elle annonce un démantèlement du statut des chercheurs et des enseignants, un contrôle vertical et politique de la recherche comme de l’enseignement dans la définition et l’évaluation des axes compétitifs et innovants.

C’est pourquoi nous nous déclarons en lutte contre le projet de loi LPPR et nous associons à la motion de la SEF, qui prend aussi soin de diffuser les recommandations faites par les sociétés savantes – ce qui concerne directement AnthropoVilles et prouve l’intérêt de telles formations -,  et par le Comité national du Cnrs, instance collégiale chargée du recrutement et de l’évaluation des chercheur-e-s.

Note du conseil de la SEF en lutte contre le projet de loi LPPR :
La Société d’ethnologie française (SEF) exprime sa vive inquiétude et son refus face au projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) qui contribue à la dégradation, continue depuis les lois ORE et LRU, de l’exercice de nos métiers de chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s.
La SEF demande que de véritables moyens, durables et équitables, soient attribués à la recherche et à l’enseignement supérieur et que des mesures concrètes soient mises en place face au déficit des postes de chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s, ceci de manière criante dans certaines disciplines dont l’ethnologie et l’anthropologie.La SEF demande que soit résorbée la précarité des docteur.e.s et elle demande des financements accrus à destination des doctorant.e.s afin qu’ils et elles puissent bénéficier de conditions de recherche décentes.
En outre la SEF demande :- la fin d’une gestion managériale, privée ou non-scientifique de la science mettant en concurrence les différents projets et chercheur.e.s, entravant une véritable liberté de la recherche et coûteuse en temps et en argent parfois jusqu’à l’absurde;- la fin des attaques contre les statuts des chercheur.e.s, enseignant.e.s chercheur.e.s et métiers d’appui à l’enseignement et à la recherche;- la révision du mode d’attribution et la transparence sur les effets du crédit impôt recherche (CIR).
Enfin la SEF demande à ce que les recommandations faites par le collectif des sociétés savantes et du Comité national du CNRS soient prises en compte dans la Loi. Consulter à ce propos: https://societes-savantes.fr/wp-content/uploads/2019/09/Propositions-pour-la-Loi-de-programmation-pour-la-recherche.pdf
et https://www.c3n-cn.fr/sites/www.c3n-cn.fr/files/u88/Propositions_Comite-national_Juillet-2019.pdf

Séminaire itinérant à Lyon – Novembre 2017

Écologies urbaines.
Actualités dans la recherche lyonnaise en anthropologie de la ville

Lyon – 24 novembre 2017
Laboratoire d’Anthropologie des Enjeux Contemporains (LADEC), Université Lyon 2 – Campus Bron Portes des Alpes

Cette journée d’étude est la première manifestation d’un cycle de journée d’études nationales par site du réseau de recherche AnthropoVilles, Mondes urbains. Contributions d’un champ d’étude à l’actualité de l’anthropologie.La première journée d’étude à Lyon portera sur la thématique des écologies urbaines.

Par cette journée d’étude nous souhaitons (ré)ouvrir un espace de travail sur la question des écologies urbaines à partir du site lyonnais. Cette initiative repose sur plusieurs éléments de contexte. Le premier est la création à Lyon du Laboratoire d’Anthropologie des Enjeux Contemporains (LADEC, FRE 2002) qui, parles travaux de certains de ses chercheurs, incite à renouer avec un pan de l’histoire académique lyonnaise et à consolider les liens avec les réseaux nationaux et internationaux sur ces questions.

Le second est la création d’un réseau d’anthropologie urbaine à l’échelle nationale, AnthropoVilles, et la proposition qui en a émané de mettre en place des séminaires de recherche par site, dont celui de Lyon sera le premier.
Cette journée participe ainsi de la construction d’un espace de travail au sein même de ce réseau et propose une réflexion autour des apports théoriques et empiriques des recherches portant sur les écologies urbaines, un axe dont le potentiel heuristique pour l’anthropologie de la ville et l’anthropologie du contemporain plus largement nous apparait comme toujours pertinent.

Explorer ces apports dans le contexte lyonnais comporte une dimension symbolique forte puisque l’on peut dire qu’il a été un haut-lieu des recherches en sociologie et en anthropologie sur cette question (Grafmeyer et Joseph1979, Joseph 1984, 1991, 1995, Métral(dir.) 1997, 2000). Tout en prenant acte de cet héritage, l’objectif de cette journée est surtout d’en questionner l’actualité et d’en déployer les potentialités.

L’exploration de la ville comme un milieu prend, depuis les premiers travaux consacrés à cette question et jusqu’aux contributions actuelles, des directions de recherche multiples. Il ne s’agira pas d’en dresser un «état de l’art» théorique et exhaustif mais d’en tirer quelques fils de lecture pour ouvrir le débat à partir de nos terrains d’enquête et, par cet exercice, tenter de qualifier la nature «écologique» des milieux urbains contemporains et de la connaissance produite sur ces terrains.

Trois axes de travail nous semblent intéressants dans ce sens,présents dans les différentes approches écologiques,qu’il s’agisse des contributions de l’École de Chicago, des chercheurs regroupés autour d’Isaac Joseph, des approches des ambiances du laboratoire CRESSON de Grenoble, ou des travaux sur la perception en anthropologie inspirés par Tim Ingold :

  1. L’urbain comme milieu.
    Comment, dans nos terrains respectifs, se traduit cette idée, par quels aspects, par quelles questions,notions,méthodologies et dispositifs de travail ? En quoi les objets de recherche plus ou moins nouveaux dans le domaine de l’urbain(ambiances, circulation des matières, infrastructures urbaines, non-humains) renouvellent-ils nos questions et pratiques de recherche ?Quelle est la portée des approches en termes d’écologie ? A quoi prêtent-elle attention?
  2. La mobilité et le mouvement.
    Comment observons-nous et interrogeons-nous cette dimension sur nos terrains respectifs? Quelles sont les implications de cette perspective sous ses aspects multiples: thèmes et notions, choix méthodologiques, certains dispositifs et conception de la recherche?
  3. L’enquête de terrain comme milieu.
    Une approche écologique suggère l’idée que le chercheur ne peut observer et analyser le monde qu’il étudie d’une position d’extériorité (à ce «milieu»), puisqu’il est engagé inévitablement dans son action avec lui. Comment cette idée se présente-elle dans nos recherches et la travaillons-nous? Quelle est la nature des connaissances produites,de ce que certains auteurs appellent les «savoirs écologiques» (Charbonnier, Kreplak 2012)? Quelles sont les ouvertures possibles d’une telle approche écologique de l’enquête de terrain dans le paysage de la discipline?

Programme

Accueil: 9h30-9h45

Introduction 9h45-10h15

Bianca Botea (Université Lyon 2, LADEC -FRE 2002),
Nathalie Ortar (Université de Lyon, ENTPE, LAET -UMR 5593),
Anne Raulin (Université Paris Nanterre, Sofiapol EA 3932, présidente de l’association AnthropoVilles)

Interventions de la matinée 10h15-11h15

Virginie Millot (Université Paris Nanterre, LESC-UMR 7186) L’anthropologie urbaine : une évidence lyonnaise ?

11h15-12h15:

Anthony Pecqueux (AAU-CRESSONGrenoble, UMR1562) Ordinaire et spectacle urbains : variations d’intensité

12h15-13h15:

Bianca Botea (Université Lyon 2, LADEC -FRE 2002)
Perceptions du changement et écologies des attachements. Ethnographies mobiles dans les Centres Civiques postsocialistes de Roumanie (Brasov).

Déjeuner (buffet sur place): 13h15 -14h15

Interventions de l’après-midi:
14h15-15h15:
Nathalie Ortar (Université de Lyon, ENTPE, LAET -UMR 5593)
La mobilité spatiale à l’épreuve des écologies urbaines: pour une relecture des travaux d’Isaac Joseph.

15h15-16h15:

Etienne Bourel (Université Lyon 2, LADEC-FRE 2002)
Analyse des mobilités urbaines à Libreville (Gabon).
Apports heuristiques des pratiques sociales quotidiennes et hors-champs d’une enquête sur le travail forestier

16h15-17h15:

Julie Leblanc (Université Lyon 2, LADEC-FRE 2002)
Vieillir au féminin en ville, une présence en creux?
Itinéraires urbains de femmes immigrées âgées.

17h15-17h45:

Synthèse: Anne Raulin (Université Paris Nanterre, Sofiapol-EA 3932)

Congrès AnthropoVilles – Novembre 2019


La ville et les sciences sociales

Ce que la ville fait à l’anthropologie,
ce que l’anthropologie fait à la ville

1er congrès d’AnthropoVilles

7 et 8 novembre 2019

Lille

L’association d’anthropologie urbaine AnthropoVilles, fondée en janvier 2018, lance un appel à communications pour son premier Congrès qui aura lieu les 7 et 8 novembre 2019, à Lille : La ville et les sciences sociales : Ce que la ville fait à l’anthropologie, ce que l’anthropologie fait à la ville. Il se fait avec le soutien des universités du Littoral-Côte d’Opale, de Picardie et de Lille.  

Ce premier congrès a pour objectif de faire un état des lieux de l’anthropologie urbaine française et de rassembler les chercheurs dans un contexte paradoxal de dissolution des équipes et des laboratoires CNRS centrés sur cette spécialisation et de foisonnement de recherches se rattachant d’un point de vue empirique ou théorique à ce champ. Nous souhaitons ouvrir un espace de débat épistémologique et méthodologique à l’ensemble des sciences humaines et sociales sur l’approche anthropologique des mondes urbains à partir des deux thématiques suivantes :

1- Circulations, évolutions et transferts conceptuels :
Il s’agira tout d’abord de s’interroger sur la validité et l’évolution des concepts et des objets classiques de l’anthropologie dans les contextes urbains contemporains, parmi eux, ethnie, coutume, tradition, croyance, rituel, nature… Dans quelle mesure restent-ils pertinents pour saisir les phénomènes urbains contemporains ? À l’heure de la globalisation, que sont devenus les concepts de culture ou d’aire culturelle ? Comment éviter les risques d’essentialisation induits par une approche des différences en milieu urbain sans pour autant négliger la variabilité culturelle ? L’approche anthropologique permet-elle d’éclairer de manière spécifique les questions sociales qui se posent en ville ?

L’anthropologie urbaine ne cesse d’évoluer au contact de nombreuses disciplines concernées par les villes et leur redéploiement global et local. Que nous disent les débats sur les transformations conjointes de la ville et de la discipline ? Au vu des héritages des différentes écoles de pensée, où se situent aujourd’hui les lignes de fracture théorique ?

Il s’agira également de s’interroger sur la trajectoire de concepts initialement créés pour déchiffrer les dynamiques culturelles urbaines (identification, style, complexité culturelle, subculture, cosmopolitisme, etc.) qui sont devenus des concepts clefs de l’anthropologie de la mondialisation. Cette circulation conceptuelle interroge la manière dont la ville fait loupe sur les transformations globales du monde contemporain. Mais elle pose également question sur les modalités contemporaines de la production de la connaissance anthropologique. La généralisation d’une condition urbaine conduit les anthropologues à mobiliser des concepts et à produire des analyses assez similaires d’un lieu à l’autre. Dans quelle mesure cette circulation conceptuelle permet-elle d’éclairer les similitudes et les spécificités des contextes ? Nous souhaiterions à ce titre ouvrir un débat sur les usages contemporains de la comparaison. Certains concepts voyagent mal tant ils transportent avec eux les implicites du contexte de leur élaboration, comment procéder pour ouvrir des chantiers comparatifs sur les grandes problématiques urbaines ? Comment définir une méthode comparative qui permette de questionner d’un point de vue anthropologique les différences et les similitudes de ces environnements urbains ?

2- Expériences ethnographiques de la ville
Les anthropologues urbains se sont d’emblée situés sur des terrains qui les ont conduits d’un côté à dépasser les frontières nationales et à prendre en considération la diversité et la mobilité, de l’autre à prendre en compte et à analyser la situation coloniale, dé-coloniale, puis postcoloniale.

La recherche en milieux urbains a été le terreau d’approches méthodologiques innovantes, notamment l’anthropologie critique, l’enquête situationnelle, l’ethnographie nomade, etc., qui se sont aujourd’hui très largement généralisées – tout comme l’anthropologie s’est nourrie de l’apport d’autres disciplines. On évoquera le succès de l’ethnographie aujourd’hui adoptée par toutes les sciences humaines et sociales, les potentialités remarquables de l’anthropologie visuelle, la prise en considération des archives comme matériau ethnologique, les usages d’internet dans une anthropologie en partie à distance, les affinités entre expression artistique et anthropologie…

Comment les enquêtes ethnographiques produisent-elles une connaissance spécifique à partir de recherches contextualisées et participent-elles à la construction d’un savoir urbain général ?  Comment se positionnent les anthropologues par rapport aux praticiens de la ville, qu’ils soient concepteurs ou usagers, professionnels des médias ou associatifs, commerçants ou artistes, etc. ?

Programme du Congrès Anthropovilles_7_8_novembre

Liste des panels du Congrès :

  1.  Au-delà de la mondialisation urbaine, quels sens reconnaître à l’ethnicité ? (Anne Raulin)
    Le terme d’ethnie se décline aujourd’hui sous diverses modalités (ethnicité, ethnique, interethnique, ethnicisation, etc.) et suscite régulièrement la polémique au point que d’aucun-e-s prônent son abandon au profit d’autres notions, telles altérité ou différence — ou l’utilisent dans une perspective intersectionnelle. Comment évaluer sa pertinence au regard de l’urbanisation et de la globalisation contemporaines, sans perdre de vue ses déclinaisons économiques, religieuses, culturelles, raciales, politiques, en particulier dans une approche qui se réclame toujours de l’ethnologie et de l’ethnographie, voilà ce qui sera au centre des présentations et discussions qui animeront ce panel.
  2. Les cultures urbaines : un modèle théorique pour penser les dynamiques culturelles de la mondialisation ?
    (Virginie Milliot)
    Si la ville a de manière générale été un espace de réinvention théorique pour l’anthropologie, elle a été le lieu clef d’une redéfinition du concept de culture. Pour appréhender la dynamique culturelle observable en contexte urbain, les anthropologues ont dû s’écarter d’une vision substantive de la culture pour interroger les logiques d’adaptation, d’interactions, d’identification et d’attribution dans un système relationnel complexe. L’objectif de ce panel est d’abord de retracer la généalogie de ces changements de perspective et déplacements théoriques. Il s’agira ensuite de discuter de la pertinence contemporaine de ces approches théoriques. Dans quelle mesure les approches en termes de « subcultures » ou de « culture de la pauvreté » nous offrent-elles un cadre analytique heuristique pour penser les dynamiques culturelles contemporaines ? Qu’est ce que le succès des concepts d’identification –devenu central dans l’analyse des mouvements culturels diasporiques et des phénomènes de mondialisation culturelle- ou d’identité de style nous dit du monde contemporain ?  Quelle théorie de la ville se trouve au fondement de ces analyses ? 
  3. Une anthropologie urbaine en prise avec le marché
    (Sophie Chevalier et Emmanuelle Lallement)
    Comment les enquêtes ethnographiques sur les activités économiques en milieu urbain participent-elles à la construction d’un savoir sur la ville ?  Les activités économiques ont constitué des objets incontournables pour les anthropologues urbains. Ces situations ont en effet souvent permis de saisir la ville à partir des diverses communautés, professionnelles, culturelles, voire ethniques, qui peuvent la composer. Elles ont participé également à la réflexion de l’anthropologie urbaine sur l’anonymat et les modes de sociabilité urbaine. Elles ont été aussi l’occasion d’interroger les échelles d’observation, de la plus locale, à la hauteur des espaces marchands eux-mêmes, jusqu’aux réseaux transnationaux d’échange. Elles ont enfin participé à documenter le récit de la marchandisation de la ville. L’ambition de ce panel est de replacer ces objets et terrains dans l’histoire de l’anthropologie urbaine et de la production d’un savoir sur la ville puis d’interroger la manière dont l’anthropologie traite actuellement la question des économies urbaines. Aborder aujourd’hui la ville par les activités économiques implique une anthropologie des différents acteurs urbains, acteurs économiques, habitants, associations, décideurs publics… pour saisir les usages qui en sont faits, les transformations à l’œuvre et les imaginaires et discours sur la ville qui circulent. Quelles formes nouvelles prennent ces activités et dans quelle mesure accompagnent-elles les changements urbains ? Comment sont-elles saisies dans leur variété, depuis les formes les plus traditionnelles jusqu’à celles qui s’inscrivent dans l’écosystème de l’innovation? Ce panel permettra ainsi de questionner modèles théoriques et approches méthodologiques d’une anthropologie contemporaine qui, comme les villes aujourd’hui, est aux prises avec le marché.
  4. Les Productions de localité en ville
    (Sophie Gravereau, Caroline de Saint Pierre)
    La question de la localité dans la recherche a été le plus souvent associée à des espaces ruraux, terroirs, villages ou bourgades de petite dimension et appréhendée selon une temporalité linéaire. Nous voudrions interroger ici les opérations sociales et symboliques de localisation qui, unissant mémoire et imaginaire, font émerger de nouveaux ensembles spatiaux et sociaux à l’intérieur des villes. Comment sont mobilisés, actualisés et réinterprétés certains éléments sélectionnés dans des périodes particulières du passé et orientés vers l’avenir ou choisis parmi des univers culturels circulant à l’échelle du monde ? Comment se constitue de la localité tant dans un mouvement centripète que centrifuge et pouvant advenir tant par la recherche d’innovation que de patrimonialisation ? Comment les outils de l’anthropologie et l’échelle micro permettent-ils de faire émerger des logiques difficilement visibles par ailleurs et de mettre en évidence des significations attachées aux espaces et aux temporalités produisant de nouvelles appartenances ?
  5. D’une ville à l’autre : Ethnographies multi-situées, nomades et comparatistes des milieux urbains
    (Luisa Arango, Barbara Morovich, Giovanna Salome)
    Depuis les années 1980, avec l’avènement de l’anthropologie des « mondes contemporains », la mobilité, la multi-situation et la comparaison sont des modalités de recherche qui s’imposent à l’anthropologue. Celles-ci impliquent le contraste, au moins implicite, entre différents lieux de la ville ou entre des villes ainsi que le caractère mouvant des objets, des pratiques et des connaissances qui traversent et participent à la construction de l’urbain. Cependant ces méthodes ont été critiquées pour leur biais ethnocentristes, leur manque de profondeur ethnographique, leurs typologies décontextualisées ou encore leur manque de sens critique vis-à-vis des catégories d’analyse mobilisées. Si ces méthodes ne sont pas sans risques, elles permettent néanmoins d’appréhender des réalités autrement imperceptibles. Ainsi, au cœur du débat anthropologique sur les rapports entre particularisme et universalisme, se pose la question de savoir ce que ces méthodes révèlent sur la ville ? On peut par exemple s’interroger sur la façon dont les matérialités des espaces urbains (infrastructures, réseaux, services collectifs, logement) font converger différentes manières de concevoir la nature ? Mais également en quoi les circulations diverses propres aux villes pointent des rapports de pouvoir particuliers ? Ou encore comment des mobilisations transforment l’espace urbain et les changements de ce dernier ont un impact sur les sociabilités ?
  6. Les aires culturelles : Comment les approches situées des phénomènes urbains dans des aires culturelles contribuent-elles à la construction d’un savoir urbain général ?
    (Sepideh Parsapajouh et Mina Saïdi-Sharouz)
    L’objectif de ce panel est de discuter de la question du rapport entre ville et aires culturelles (Moyen-Orient, Afrique, Amérique Latine). Comment les particularités (géographique, politique, économique et religieuses) influencent-elles la thématique et la méthodologie des recherches anthropologiques sur la ville ?  A travers l’analyse des instruments conceptuels et des approches spécifiques mobilisés, ce panel nous permettra de réfléchir à la spécificité des modèles urbains qui  ressortent des analyses anthropologiques situées dans différents contextes régionaux.

Ci-joint :
L’appel à communications du 1er Congrès anthropovilles
– Programme du Congrès Anthropovilles_7_8_novembre

AnthropoVilles

L’association d’anthropologie urbaine AnthropoVilles, fondée en janvier 2018, s’est réunie les 7 et 8 novembre 2019, à Lille, pour son premier Congrès sur la ville et les sciences sociales en se questionnant sur ce que la ville fait à l’anthropologie et ce que l’anthropologie fait à la ville. Il se fait avec le soutien des universités du Littoral-Côte d’Opale, de Picardie et de Lille. De ce premier congrès a émergé la volonté au sein de l’association de faire un état des lieux de l’anthropologie urbaine française en rendant publics les différentes thématiques de recherche et de rassembler les chercheurs·euses dans un contexte paradoxal de dissolution des équipes et des laboratoires CNRS centrés sur cette spécialisation et de foisonnement de recherches se rattachant d’un point de vue empirique ou théorique à ce champ. Nous souhaitons ouvrir un espace de débat épistémologique et méthodologique à l’ensemble des sciences humaines et sociales sur l’approche anthropologique des mondes urbains.